Les Cimes d'Aziel : le Sanctuaire de l'Aube

Forum de l'alliance de Zordania les Marcheurs de l'Aube.
 
AccueilZordaniaFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Orin Wilde
Chevalier de l'Aube
avatar

Nombre de messages : 210
Alliance : Les Marcheurs de l'Aube
Date d'inscription : 05/04/2007

MessageSujet: L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.   Sam 6 Oct - 12:18:05

Citation :
Role Play écrit par Alexander WhiteShield (Arkelans), Voyisha Al Hakor (Voyisha), Imusam (Grubap), Szordrìn (Inshalee), Sanguinus (Sanguinus), Cyril le Baveux (Kalthen), Yasha Kahanias (Dol-Azanie), Parsifal (Parsifal), Jolamouche, Ilùthien (Birikazan), Wilderion (Orin Wilde), Morandis Atun'Ithil (Arcturion) et Màlëkith Vinaëar (Màlëkith)

Nous sommes fiers de vous présenter:


L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.


Première Partie
: Au début de tout
Seconde Partie: Plus loin dans les ténèbres
Troisième Partie: La Porte d'Onyx
Quatrième Partie: La Tour Noire


Dernière édition par le Sam 6 Oct - 13:05:37, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orin Wilde
Chevalier de l'Aube
avatar

Nombre de messages : 210
Alliance : Les Marcheurs de l'Aube
Date d'inscription : 05/04/2007

MessageSujet: Re: L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.   Sam 6 Oct - 12:25:24




Le vent soufflait de façon menaçante le long de la petite colline aux parois accidentées. Le soir était tombé, et la seule lumière qui transperçait la nuit était celle d'un petit feu de camp au sommet de la pente. Le feu jetait de discrètes lueurs sur l'armure d'acier de l'homme, ainsi que sur la longue cape bleu sombre brodée de fils d'argent dont il s'était emmitouflé, adossé au pied d'un arbre rachitique aux branches tordues par le vent qui soufflait sans cesse dans cette région. Le grand cheval de guerre attaché au tronc de l’arbre émit un bref hennissement puis se tût aussitôt, donnant l'impression que lui même ne désirait pas troubler le silence de cette nuit, silence plutôt relatif en raison des mugissements incessants du vent.

L'humain ne bougeait pas, la maigre lueur des flammes laissant entrevoir un regard perdu dans le lointain. Un cri loin dans la nuit le tira de ses pensées. Cette région n’était pas sûre. En fait, aucune région n’était plus sûre en ces temps troublés, mais les longues étendues de terres désertes qui le séparaient de son objectif étaient le théâtre d’une guerre sans fin. Des centaines de drows et d’orcs parcouraient maintenant ces terres, des armées dont on n’avait vu si grand nombre depuis fort longtemps. Et d’aussi nombreuses armées elfiques, naines et humaines allaient à leur rencontre. Deux camps, un de lumière et l’autre d’ombre, opposés par les races comme par la foi, se faisaient face dans une lutte qui ne finirait que quand l’un des deux serait définitivement annihilé de la surface de la terre, l’autre libre d’imposer sa vision du monde à cette contrée sans maître.

Au milieu de cette guerre titanesque, les actions présentes du paladin pouvaient sembler bien insignifiantes. Que pouvait valoir l’âme d’une seule personne face à un tel conflit, où chaque jour les pleurs des familles des soldats pouvaient s’entendre dans toutes les rues de chaque citée ? L’homme le savait bien lui. Pour la sauver il risquerait tout, sa vie comme sa patrie.

Bien sûr, il avait participé à la guerre. Il avait mené ses hommes à l’assaut de noires murailles, combattus et tués bon nombre de soldats ennemis à la tête de sa légion. Il avait vu ses hommes, ses amis, se faire écraser par les lourdes massues des terribles géants de roches alors que la charge de cavalerie s’enfonçait au milieu de leur rangs, il avait vu les murs de citées ennemis s’écrouler sur les défenseurs drows qui la protégeait, il avait vu les propres murs de sa citadelle voler en éclats sous l’assaut des forces de Lolth. Il savait que ce conflit était en ce moment la chose la plus cruciale au monde pour des milliers d’êtres. Mais au cours des jours où il menait son armée de combats en combats, alors qu’on le voyait crier des ordres au milieu du chaos et combattre rageusement, son regard était éteint, presque mort. Intérieurement il était glacé. Un terrible sentiment d’avoir échoué, de n’avoir pu la convaincre de rester, de n’avoir pu voir à temps les signes de son départ dans la nuit. Un sentiment d’horrible désespoir en pensant à l’être qu’elle allait devenir si elle restait là-bas, sous son emprise. Alors il avait prit sa décision. Laissant à son écuyer surprit la charge de sa citée, de son armée et de l’organisation de la guerre, il était parti sans se détourner. Parti pour faire la seule chose que son cœur lui permettait.

Il y avait de cela trois jours. Alexander espéra de tout cœur que son écuyer Stephen et les Gardiens de la Loy puissent pouvoir aider à apporter la victoire dans le camp de la Lumière. Mais son esprit était tout entier concentré sur le seul but qui maintenant occupait son être.

Le paladin sorti de sa poche un grand anneau de pierre, le tournant et retournant sous ses doigts. Un anneau fort simple mais beaucoup trop grand pour une main humaine, de même circonférence qu’une petite pomme. De minuscules runes étaient gravées sur sa surface dans un langage inconnu. L’acquisition de cet objet était l’une des deux raisons pourquoi Alexander était parti si longtemps loin de ses terres il y a plusieurs mois. Sans aucun doute, il en aurait besoin cette fois. Il aurait encore plus besoin de l’autre chose qu’il avait obtenue durant cette longue absence. Une chose intangible mais bien plus importante.

Rangeant l’anneau, Alexander retourna à une attente inquiète. Certains allaient-ils venir ? Les messages s'étaient-ils rendus à temps ? Il irait seul s'il le fallait, mais même avec de l'aide il n'avait pas trop d'espoir. Il n'avait pas d'espoir mais il n'en avait cure. Il devait essayer, peu importe les chances. Il ne la laisserait pas là-bas, entre ses griffes, provoquer la damnation de son âme. Une âme autrefois si remplie de lumière, malgré ce qu’elle avait du endurée dans son passée. Le regard de l’homme se durcit un instant : peu importe ce qui se trouverait sur son chemin, il ira de l’avant.


Dernière édition par le Sam 6 Oct - 12:38:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orin Wilde
Chevalier de l'Aube
avatar

Nombre de messages : 210
Alliance : Les Marcheurs de l'Aube
Date d'inscription : 05/04/2007

MessageSujet: Re: L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.   Sam 6 Oct - 12:26:10




Le temps ne faisait qu'empirer ... Chacun savait que les guerres qui étaient menées, contribuaient à cette ambiance pesante. Aucun être ne pouvait respirer, l'air était rendu infecte par le perpétuel souffle de mort. Le monde sombrait dans la folie et même si les légions du Bien parvenaient à remporter la lutte contre le Mal, tous se demandaient, comment le monde pourrait éviter l'apocalypse ...

Parsifal était encore jeune mais sa courte existence lui avait apprit quelques discernements ... Il savait la tentative de sauvegarder Zordania du mal, qui la rongeait depuis sa création, vouée à l'échec tant les êtres étaient parvenus aux pires horreurs !

Une seule chose lui donnait la force de se battre et de continuer cette lutte acharnée ! Une âme avait été enlevée par les créatures des abysses et il se devait de partir au secours de ce coeur perdu dans l'obscurité ... La lettre d'Alexander WhiteShield l'avait résolu à quitter ses terres, à quitter la guerre ! Ses généraux se chargeraient parfaitement de la Haute citée de Justice ... C'est seul, ombre frêle dans la nuit glaçée, qu'il partit vers sa destinée, pour le seul but et la seule femme qui comptait à ses yeux ...

Après une semaine de longue cavalcade dans les déserts arides, il commençait à entrevoir, dans le lointain paysage, les grandes Forêts du Nord ! Il touchait au but ... Au terme du journée trop ensoleillée, il arriva au point de rendez-vous fixé par Alexander ...

Il trouva le Grand Paladin de la LOY seul, tout comme lui. La raison de leur voyage ne nécessitait pas l'envoi de longues cohortes mais seule la Foi en la LOY pouvait les aider à surmonter les obstacles qui les attendaient ...

Alexander informa Parsifal que d'autres viendraient pour cette mission ... Beaucoup tenait à cet être pur qui avait succombé aux ombres ... Beaucoup de sentiments se mêlaient autour d'elle mais Parsifal était certain de son amour pour la plus belle princesse de la LOY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orin Wilde
Chevalier de l'Aube
avatar

Nombre de messages : 210
Alliance : Les Marcheurs de l'Aube
Date d'inscription : 05/04/2007

MessageSujet: Re: L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.   Sam 6 Oct - 12:50:41



Depuis le début, tout n'avait tourné qu'autour d'elle.

Ils avaient tous l'impression que cette guerre, qui commençait à durer, avait commencé par la faute de cet être noir qui l'avait trompée. Les prières avaient eu beau être récitées, les offrandes à la déesse drow généreuses, celle-ci n'avait pu empêcher ce qui ne pouvait être empêché. C'était comme si le monde avait sombré dans une triste fatalité, écrite depuis longtemps.

Avec son départ pour les sombres contrées du mal, une ombre s'était abattue sur la Loy.

Lors de leurs combats, ils ne pensaient qu'à ça. Chaque tête d'orc ou de drow tranchée, chaque goutte de sang versée, chaque larme qui venait se fondre dans la terre n'étaient que des gouttes d'amertume à côté de la colère qui les habitait tous. Il avait suffi d'un rien pour qu'il vienne l'arracher à eux, les laissant avec ce sentiment de vol et de trahison.

A l'heure qu'il était, elle devait être dans sa cité noire, piégée entre ses griffes démoniaques, forcée à écouter ses mensonges et à le laisser ronger son âme. Pourvu qu'ils arrivent avant qu'elle ne commence à y croire vraiment...

Dans sa course effrénée, Cyril ne regarda pas le paysage. Il connaissait la route qui menait vers le nord pour l'avoir empruntée à plusieurs reprises, mais cette fois il fit bien de ne pas regarder. Tout était méconnaissable. Zordania toute entière était devenue un immense champ de batailles, tombant progressivement dans la ruine et la désolation.

Même le vent semblait porter en son souffle celui de la mort, froid et sec. Le soleil pourtant brûlant dans le ciel ne parvenait pas à réchauffer l'atmosphère, comme si la nature elle-même était impuissante devant tant de gâchis. C'était la onzième journée de suite que le paladin galopait vers son but, ayant confié armée et pouvoirs à son lieutenant. Laissant Aragoth entre les mains de ceux qui avaient encore suffisament de force pour diriger une guerre sans se laisser aveugler par les sentiments...

Le soleil, fatigué de sa course inutile au-dessus de tout ce spectacle, disparut doucement à l'ouest. Les montagnes au nord dessinaient leurs ombres jusqu'à l'horizon. Le vent se tut un instant pour mieux marquer la transition entre le jour et la nuit. Aujourd'hui, cette transition prenait toute sa signification.

Deux heures plus tard, Cyril arriva enfin en vue de la colline. Là-haut, un petit feu de bois agité par le vent marquait le lieu du rendez-vous. En approchant Cyril reconnut immédiatement la cape bleue d'Alexander, et fut heureux de voir que le jeune Parsifal était présent. Il descendit de monture, et sans un mot s'avança vers eux. Il salua de la tête ses amis, les joignant dans leur attente silencieuse.

Nul besoin de parler.
Ils savaient tous pourquoi ils s'étaient retrouvés ici, et même s'ils ignoraient comment tout cela finirait, ils étaient tous venus avec la même détermination.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orin Wilde
Chevalier de l'Aube
avatar

Nombre de messages : 210
Alliance : Les Marcheurs de l'Aube
Date d'inscription : 05/04/2007

MessageSujet: Re: L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.   Sam 20 Oct - 12:27:50



La guerre contre le chaos ne faisait qu'empirer, partout sur les terres de Zordania on pouvait voir des armées entieres de Drows, orcs, elfes, nains et humains s'entretuants pour faire régner leur vision du monde.

En tant que Gardiens de la LOY et de la justice nous combattions avec hargne contre le mal qui rongeait cette terre,qui tuait nos familles et arrachait a la vie nos alliés. Nous avions déjà combattus moult fois, mais cette guerre était spéciale,amère.

Nous étions comme amputés, Voyisha nous avait quittée malgré elle,aspirée par la cruauté de Màlekith elle ne pouvait s'y détournée. La souffrance de voir un être cher nous quitter pour ce que l'on a toujours combattu était intenable et nous ne pouvions rester la à combattre sans penser à elle.

Alexander,en tant que chef actuel des Gardiens, avait pris les choses en main et était parti au devant des envoyés de l'Ombre, Jolamouche le savait, ce serait une quête dangereuse que d'arracher notre Voyi aux griffes du Mal et il ne pouvait imaginer Alex y allant seul,il se devait de le rejoindre.

Faisant entierement confiance en son ecuyer Arthur, Jolamouche lui donna le commandement de ses légions, il devrait être sur ses gardes car Shana de l'Ordre était aux aguets, prenant un malin plaisir a détruire petit a petit la forteresse du château.

Jolamouche était déjà sur son destrier courant a toute allure a travers les plaines jonchées de cadavres de toutes races, pas un instant il détourna son regard de l'horizon, il croisa quelques légions de Drows et d'Orcs mais il ne pouvait s'arreter même si sa colère l'aurait poussé à une folie meurtière.

Après quelques heures de course effrénée vers le Nord, la où le soleil se faisait rare,il crut apercevoir Cyril montant une colline, là-haut se trouvait un feu, étrangement l'on pouvait ressentir l'aura des Gardiens ; il se mit donc a suivre cette route et arrivé au terme de son voyage, il pouvait alors reconnaitre Alex, Parsifal et Cyril, tous 3 autour du feu dans un silence pesant.

Malgré ce calme, Jolamouche ne pu se retenir de leur faire un léger sourire, nous étions déjà quatre, quatre âmes prêtes à se sacrifier pour elle, elle le méritait..

Dans le froid et le calme,nous attendions notre heure, les minutes pourtant nous étaient comptées,le destin de notre Drow pouvait basculer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orin Wilde
Chevalier de l'Aube
avatar

Nombre de messages : 210
Alliance : Les Marcheurs de l'Aube
Date d'inscription : 05/04/2007

MessageSujet: Re: L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.   Sam 20 Oct - 12:31:48



Quand souffle le vent du changement l'habituelle multitudes de choix possible se voit réduite au chiffre de deux...

Résister ou se laisser porter.

Quel choix pensez vous faire?



Wilderion frissonna au passage du vent dans son cou, mais ne se laissa pas perturber dans sa marche silencieuse.

Tous les éléments était en place et il ne pouvait plus ni en douter ni les ignorer plus longtemps.
Le chaos était au porte de Zordania et tous pouvaient maintenant sentir clairement la folie grandissante, qui jour après jour prenait possession de plus en plus de coeurs.



Longue fut la marche contre le vent, et pourtant il fini par y arriver.
Devant lui, apparaissait maintenant cette étrange colline dont il avait entendu parler comme le lieu d'une ultime réunion.
Etrange ambiance que celle-ci, quatre chevaliers, harnachés pour la guerre, se regardant en chien de faïence.
Wilderion s'approcha discrètement, et observa la scène.
Comme il s’en doutait Cyril, son proche voisin, faisait parti des participants.
L’un des autres hommes devait donc être Alexander, le chef de cette « Loy » ; pour les deux autres hommes leurs identités restait dans le floue
Qu’importe, sans aucun doute, ils avaient eu des relations avec « elle », peut être même savait t’il des choses sur l’Hynome Hable, peut- être…
Une seule chose lui permettrait de le vérifier !

Wilderion se leva, s’enroula dans sa grande cape de voyage, rabattit la capuche et se dirigea vers le sommet de la colline .



Quel choix pensez vous faire?




Et si le choix n'existait pas, seulement le destin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyisha Al Hakor
Prêtresse-Muse de l'Aube
avatar

Nombre de messages : 454
Alliance : Les Marcheurs de l'Aube
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.   Jeu 1 Nov - 17:47:35



"Alors, j'avais raison..."

Alexander, cet homme qui était venu pour combattre aux côtés de la Cour d'Hériand et qui a lors de ce carnage incessant battu nombreux druchiis et orcs avec force et courage.

Cet homme qui par le moment présent est devenu un ami, un chevalier sur qui Szordrìn pouvait compter, et depuis peu un prêtre au service des dieux.

Cet homme aussi, qui aimait celle qu'il l'avait guidée, menée et appréciée mais surtout trahie.

Szordrìn l'avait su dès lors qu'Alexander WhiteShield avait prononcé son nom devant le Conseil des Sages.
Sa voix c'était adoucie, ses yeux c'étaient fermés délicatement à la prononciation de son nom: Voyisha Al Hakor.

Devenue impératrice des druchiis. Ennemie incontestée, mais amour incontestable de cet homme fou de passion pour cette être.

Ce ne fut donc pas une surprise que quelques jours après le début de cette atroce guerre, Szordrìn reçut une missive du Paladin de Torm.

Tout y était dans cette lettre, sans aucuns doutes, l'elfe connaissait sa réponse.
Les liens qui le reliaient à son ami était devenus solides. Dans cette folle quête, il le suivrait dans l'espoir certain de ramener Voyisha à elle même.

Quand la cinquième lune tombera, Szordrìn rejoindrait son ami.


--------------------------

Le crépuscule tombé, Szordrìn enfourcha son cheval fétiche, noir, taché de poils couleurs crèmes.

Le voyage fut court, le chemin indiqué sur la missive de son ami était la bon, et non loin d'une minuscule clairière où cinq silhouettes apparaissaient, une mince flamme d'espoir brûlait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyisha Al Hakor
Prêtresse-Muse de l'Aube
avatar

Nombre de messages : 454
Alliance : Les Marcheurs de l'Aube
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.   Jeu 1 Nov - 17:50:16



Alexander avait accueilli ses amis Gardiens avec un soulagement qui lui fit presque honte. Bien sûr que ses grands amis Cyril, Jolamouche et Parsifal était prêt à tout risquer pour le mince espoir de la sauver. S'ils ne tentaient rien, comment pourraient-ils continuer à se regarder en face, continuer à vivre avec le sentiment de l'avoir abandonnée ? Pourtant il avait douté, il avait craint que la guerre puisse les retenir à leurs obligations. Mais les voir là, avec lui, prêts à tenter tout ce qu'ils avaient au monde pour un espoir si faible qu'il en devenait parfois risible, l'assura qu'ils ne les avaient pas mal jugés. Peu importe le danger ils feraient face, pour leur amie. Toujours.

Le silence régnait toujours autour du feu de camp alors qu'Alexander allait se décidé à proposer leur départ, quand soudainement sortit de la nuit une silhouette vêtue d'une longue cape de voyage. Dans l'obscurité Alexander ne la reconnu pas. Portant la main vers la garde de son arme, il la regarda escalader la petite colline d'un pas constant et sûr. Un éclaireur d'une armée ennemie ? Un espion ? Un simple voyageur ?

Alors que le paladin était sur le point de retirer sa lame de son fourreau, Cyril lui prit brusquement le bras.


Non, attends ! Ne le reconnais-tu pas ? C'est Wilderion.

Alexander retira lentement la main de la garde. Le seigneur Wilderion ? Le grand barde Othonin était le voisin et un bon ami de Cyril, et il portait également une grande amitié à dame Voyisha. Pourtant, Alexander ne lui avait pas communiqué ces intentions : il ne désirait surtout pas conduire à une mort presque certaine plus de gens que nécessaire. Était-ce une simple coïncidence ? Aurait-il pu apprendre qu'ils seraient réunis à cet endroit ? En ce cas, pourquoi était-il venu ?

Il s'avança vers l'humain, décidé à ne pas révéler leur but. Peut-être Wilderion essayerait-il de les raisonner, de les faire renoncer à cette entreprise insensée.


Seigneur Wilderion, mais qu'est-ce qui vous amène en cette contrée ? Je vous en supplie, suivez mon conseil. Rentrez en votre patrie ! Cette région n'est pas sûre pour voyager. Des centaines d'orcs en maraude et de nombreuses légions drows parcourent ces terres du matin au soir. Nous-mêmes nous ne nous y trouverions pas si la nécessité ne nous y pousserait.

Je suis désolé de ne pouvoir vous faire bon accueil, mais je crains que vous trouviez notre compagnie dangereuse. Nous ... nous devons partir bientôt ! Nous avons ... quelque chose à accomplir.


Alexander détourna le regard, espérant qu'il ne s'était pas trahi avec cette dernière hésitation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyisha Al Hakor
Prêtresse-Muse de l'Aube
avatar

Nombre de messages : 454
Alliance : Les Marcheurs de l'Aube
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.   Jeu 1 Nov - 17:56:59



Les derniers flocons de neige tombaient sur la citadelle de glace, effaçant la teinte rouge du sang des braves tombés au combat.
Ilùthien revenait des terres ennemies, avec une armée de plus en plus affaiblie.
La guerre avançait, et le nombre de Khelekirrims restant diminuait à vue d'oeil, laissant présager une mort prochaine pour les valeureux elfes.

Lomëriel, fille du crépuscule, le regardait, sachant que la fin approchait, et que l'espoir de vaincre par les armes était perdu.

Iùthien pris la parole.


- Les mots que nous appréhendions tant vont être prononcés.
L'heure de notre séparation a sonné.


Le silence limpide de la citadelle de glace flotta dans l'air, puis une bûche craqua.


- Je ne puis m'attarder plus longtemps, et je me dois de te demander une dernière chose, ma douce.

La bataille par les armes semble compromise, pourtant, il reste un espoir.
Aide le paladin Alexander dans sa quète pour ramener la reine noire des ombres.
Sur ton chemin, peut être croiseras-tu des amis à moi et à mon père, des othonins. Transmet leur l'adieu d'un vieil ami.

Il était écrit que nos chemins devaient se croiser une dernière fois.

Maintenant, pars, et ne te reourne pas.
J'ai l'espoir de te retrouver dans les cavernes de Mandos, ou au pays béni, car j'aurai trépassé.


Les deux amants versèrent une larme, mais l'instant des pleurs n'était pas encore venu.

Lomëriel fit seller son cheval, et le lança au galop sur les traces d'Alexander.
Elle serait en retard au rendez vous, mais espérait les rattrapper au plus tôt.
Elle ne bougea pas son regard de l'horizon, comme figée dans le marbre pour faire le deuil inévitable de l'homme de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyisha Al Hakor
Prêtresse-Muse de l'Aube
avatar

Nombre de messages : 454
Alliance : Les Marcheurs de l'Aube
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.   Dim 20 Jan - 19:24:19



Wilderion regarda attentivement Alexander, ces paroles et gestes trahissaient chez lui une agitation certaine mais aussi une détermination sans faille.

D’où pouvait lui venir cette étrange attitude, se demanda Wilderion, excitation ou peur ?
Peut être les deux à la fois…



- Alexander, comment vous portez vous ?

Wilderion pris un air enjoué, et continua en posant la main sur l’épaule du paladin.

- Voyez vous je voyageais sans but aucun et puis je vois un feu alors je me dit « Si ça se trouve ces gentils pèlerins ont un peu de vin à partager avec un vieux barde » et hop me voilà partis pour gravir cette petite butte.
Mais vous me croirais jamais quand je vous dirais qu'en haut, bien mon p’tit gars j’ai rencontré le sieur Alexander de la Loy.


Au vu l’air perplexe du paladin, Wilderion commença à parler plus fort et faire des grands signes tous en explicitant à son interlocuteur le pourquoi du comment.

- Mais que oui si je vous le dis ! En plein territoire contesté ils étaient, avec deux douzaines de légions d’orcs d’un coté et une centaine d’assassins drows de l’autre !
Il attendait là, défiant les légions noires avec ses fidèles chevaliers de la Loy, l’épée tranchante souillé par le sang de ces bêtes enragée, l’armure reflétant le rouge du soleil couchant…


Wilderion, s’arrêta un instant et regarda la mine ahurit du paladin et rajouta,


- Si vous pensez que j’vais continuer à vous raconter des histoires sans compensation, vous vous trompez mon cher !
Vous avez du vin ?


Et sans attendre de réponse il se dirigea vers les autres, tout en glissant un petit mot à l’oreille d’Alexander,

- Aujourd’hui, nos buts sont proches, joignons nous et combattons ensembles, qui sait ce que demain nous apportera.

Wilderion dépassa le paladin et s’intalla près du sieur Cyril.


- Ah, par le Yiikséf béni tout puissant, un bon feu fait toujours du bien, mes vielles articulations me font mal.

Wilderion tendit ces mains au dessus du feu frictionna longuement les mains avant de reprendre.


- A la viellesse vous savez ce que c’est, enfin bon j’suis pas encore aussi sénile que le nain qui dirige l’empire Othonin, Taurun qu’il s’appelle, et bien d’après quelques rumeurs, un matin, il serait parti à la guerre en vêtement de nuit.
Rha que de la racaille ces nains et ça se dit empereur en plus, moi j’vous le dit où va le monde…
Vous savez quoi, on …


Mon destin est en marche voyons se qu’il me réserve, pensa Wilderion avec un sourire avant de reprendre sa blague sur les trois nains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyisha Al Hakor
Prêtresse-Muse de l'Aube
avatar

Nombre de messages : 454
Alliance : Les Marcheurs de l'Aube
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.   Jeu 24 Jan - 2:35:14



Les marchands nomades de Grin'Jalek, ayant entrepris le commerce de laines, de cuirs et d'acier brut ou façonné, étaient partis vers les plaines gelées des Royaumes nordiques. Mais le printemps était en avance.
Le changement de saison fut si brusque que les routes étaient devenues de véritables bourbiers.
Ainsi, les lainages ne connurent qu'un succès mitigé, au profit des ressources minières, militaires et joaillières. Il était venu le temps de repartir vers les ports de l'est.
La caravane prépara le départ.
Le seigneur albinos, dans ses appartements, commença à organiser les affaires administratives et lire les courriers de la journée.

Un courrier se détacha des autres...

Yasha avait déja reçu de nombreuses missives du seigneur Whiteshield.
Alexander ... un vieil ami ... Depuis leur lutte côte-à-côte contre le faux oracle et ses fanatiques, Yasha lui faisait une confiance aveugle. Le drow devait désormais répondre à son appel, car il sentait la peur, mais aussi la foi d'Alexander entre les lignes qu'il lui écrivait.
Le seigneur prit la direction de la tête du cortège en partance et y retrouva le responsable de la caravane, le noble Alàs'sthiss.


- Seigneur marchand, tu vas diriger les affaires commerciales comme tu sais le faire et tel qu'il a été établi. Je te laisse ma garde, elle a ses propres ordres, elle s'occupera de toi et tes vendeurs et agira si besoin est.

- Que comptez-vous faire Mon Seigneur?, demanda le drow émacié.

- N'aie aucune crainte, j'ai à faire plus loin, des affaires à résoudre. Je te laisse le cheval, et reprend mon worg dès que nous aurons dépassé la futaie. Ah oui, j'oubliais, je prend avec moi quatre des ailes nocturnes dont nous disposons ici.

- Bien seigneur.


La caravane quitta la ville le jour-même, et, lorsque la nuit fut venue, Yasha quitta ses gens vers une destination inconnue.
Ils le virent partir à travers la forêt sur son worg, courant aussi vite qu'une flèche tirée par un archer elfe.
Le drow s'était équipé d'une épée singulière, de son épée de cérémonie, d'un poignard et de cinq couteaux de lancer. Il portait une cotte de mithril sous ses habits de bure, et ses sacoches contenaient nourriture et soins.

Il avait rendez-vous avec Alexander au piton de Dolgash.

Le worg allait si vite que l'on eut aisément pu croire, pour quiconque l'eut croisé, que ses pattes effleuraient le sol.


-- une odeur --

-- une présence --

-- une faible lueur --


L'instinct aigu du seigneur sentait la présence d'un campement drow qui avait, apparemment, établi son campement pour la nuit. Mais il n'en avait cure, il ne pouvait pas se permettre de perdre une seconde de plus, il lui fallait arriver au plus vite.

Il mit trois jours, dans une course effrénée, pour parvenir au lieu indiqué. Le worg étant épuisé, il continua alors à un rythme plus lent, plus commun.
Au fur et à mesure de la montée, il se mit à entendre une voix qui lui parut familière.
Il aperçut les flammes vacillantes d'un maigre feu de bois qui éclairaient les ténèbres environnantes.
Il démonta de son worg, l'attacha à un arbre et lui intima de faire silence. Il s'approcha délicatement, avec toute l'habileté dont il savait faire preuve en cas de danger et de conflit.


- Cher Wilderion, taisez-vous donc, vous êtes semblable à une vieille poule qui caquète; un de ces jours, la curiosité vous causera du tort, soyez-en certain mon ami!, dit-il ironiquement en se montrant aux hommes présents.


Yasha salua de la tête, d'un simple hochement, sans mot dire, les Gardiens présents. Nul mot ne pouvait exprimer les sentiments qui habitaient le coeur du drow envers les membres constitutifs de cette assemblée qu'est la LOY.
Ses yeux se posèrent ensuite sur deux individus qu'il ne connaissait pas.


- Tiens ... Un ... elfe .... et un jeune chiot ..., dit-il en crachant ses mots avec difficulté.


Le regard qu'il porta tour à tour sur Szordrìn et Parsifal était un rien condescendant mais surtout ... venimeux.
Bien que Yasha détestait la race naine, il n'éprouvait rien de plus que du mépris, voire de la haine envers les elfes, et ceux-ci trouvant grâce à ses yeux étaient rares.
Les humains n'étaient généralement pas plus dignes d'intérêt du fait de leur frêle et courte existence, mais là aussi, des exceptions, présentes en l'instant, existaient.

D'une brusquerie qui surprit tout le monde, Yasha, mâchoires serrées, siffla de dures paroles. Sa colère était telle que les veines de son cou saillirent.


-Alexander, mais que vous a-t'il prit? Seriez-vous devenu inconscient? Vous voulez nous tuer? Etes-vous suicidaire?
Qu'avez-vous donc bu pour établir notre rencontre en ce lieu!? Nous sommes désormais visibles sur plus de trente lieues à l'aide de votre feu de camp si festif! Permettez-moi de rappeller à quiconque la nécessité de voyager à couvert et de se faire le plus discret possible!


Et le drow albinos écrasa les faibles braises et les recouvrit de terre et de roches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyisha Al Hakor
Prêtresse-Muse de l'Aube
avatar

Nombre de messages : 454
Alliance : Les Marcheurs de l'Aube
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.   Jeu 24 Jan - 3:07:32



Alexander resta un moment bouche bée devant le flot de paroles ininterrompu du seigneur Wilderion, changeant de sujet à toute vitesse. Il fut un instant tenté de l'interrompre pour lui demander d'écouter son conseil, mais une phrase chuchotée par ce dernier lui fit aussitôt comprendre la raison de ce discourt grandiloquent. Il savait. Alexander ignorait comment il avait pu l'apprendre, mais le seigneur Wilderion semblait savoir tout à fait la raison de leur présence ici. Et même plus : il semblait disposé à les aider. Et à voir la grand insistance qu'il mettait dans ses paroles à écarter le sujet de sa présence ici, Alexander douta de pouvoir le convaincre de renoncer, ou même d'expliquer plus en détail comment il avait eu vent de leur projet. Alexander décida rapidement : il lui ferait confiance. L'épreuve qui les attendaient était trop périlleuse pour refuser toute aide, surtout celle d'un tel seigneur. Un furtif sourire apparu sur le visage du paladin. À l'évidence un nouveau compagnon s'était joint au groupe, à tout le moins aussi longtemps que ce dernier désirerait rester.

Alors que le seigneur Wilderion continuait sa blague sur la race naine, blague qui semblait devoir n'aboutir nulle part, et qu'Alexander se préparait à joindre la discusion et à jouer le jeu, faisant mentalement l'inventaire de ses possesions pour voir s'il naurait pas un rafraichissement à proposer au barde, un faible henissement retentit en bas de la colline. Aussitôt sur ses gardes, Alexander scruta les environs avec une légère panique. Se pourrait-il qu'une troupe ennemie se soit approché du campement sans qu'ils les entendent ? Mais pourtant, aucun des membres de la coalition du Mal n'utilisaient de chevaux dans cette guerre ...

Alexander aperçu alors une silouhette qui grimpait silencieusement la colline, sans se presser ni montrer d'intentions hostiles. Alexander ne réusit à distinguer ses traits dans la nuit profonde qu'une fois celle-ci arrivé presque à sa hauteur. Des traits elfiques ...


Seigneur Szordrin ! Par la grâce de Torm, je ne m'attendais pas à vous voir ici !

Alexander avait bien envoyé une missive à ses alliés, les grands seigneurs elfes de la Cour d'Heriand, plus pour les avertir de sa décision que par réel espoir d'obtenir de l'aide. Ces grands seigneurs avait leurs propres conflits à leur portes contre les troupes de l'Ordre Unseeli, et Alexander n'aurait voulu les voir quitter la défence de leur patrie.

Mais le seigneur Szordrin était bien là. Les deux seigneurs s'était rapidement lié d'amitié lorsque le paladin était allé porter serment de joindre la coalition des Porteurs de Lumière. Le serment de combattre les forces des Serviteurs de l'Ombre. Et celui-ci avait accepté de venir, bien qu'en apparence tout aurait du l'en décourager.

L'elfe et l'humain se serrèrent la main avec chaleur. La joie de voir son ami ne pu cependant couvrir un léger doute. Le seigneur Szordrin était-il vraiment venu uniquement par amitié, ou bien une autre raison avait-elle aussi motivé sa décision ?

Alors qu'Alexander et Szordrin se dirigeait vers le feu de camp, où le barde Wilderion était toujours plongé dans le récit de son anecdote sur les nains, une troisième personne fit apparition au travers du groupe. Cette fois, l'arme d'Alexander sortit complètement de son fourreau dans un réflexe : la silhouette toute vêtue de noire qui se tenait soudainement au beau milieu du campement était celle d'un drow. Mais presque aussitôt, Alexander rengaina sa lame. Le drow qui se tenait là, souriant ironiquement, était son ami de longue date, le seigneur Yasha Kahanias. Le teint particulier de Yasha trahissait rapidement son identité : en effet, il s'agissait du seul drow albinos qu'Alexander avait jamais rencontré. Ce dernier avait réussi à prendre tout le monde par surprise : personne ne l'avait vu arriver avant qu'il se tienne au milieu du campement.

Le regard du seigneur Othonin balaya les personnes présentes. Une remarque légèrement moqueuse à l'endroit de son allié et ami Wilderion. Un hochement de tête lourd de signification pour lui-même et les autres Gardiens : Yasha avait combattus avec eux la Horde de Kalduhm il y a quelques mois, et nul paroles n'était nécessaire. Un regard condescendant à l'égard du seigneur Szordrin : attitude plutôt attendue de la part d'un drow envers un elfe, surtout en ces temps de guerre et de haine raciales. Alexander espéra que son ami Szordrin n'en tiendrait pas rigueur. Voilà une difficulté inattendue qui allait s'ajouter à l'expédition.

Puis Yasha remarqua le jeune paladin Parsifal, le seul Gardien qui n'était pas encore présent lors du conflit contre Kalduhm. Un froid s'installa tout de suite entre les deux seigneurs. Alexander cru alors comprendre pourquoi : la raison pour laquelle ces deux seigneurs étaient venus était sûrement la même. Alors que les autres Gardiens avaient décider de tenté cette quête désespérée dans l'expoir de retrouver une grande amie perdue, Alexander soupçonnait le seigneur Yasha d'entretenir des sentiments forts différents à son endroit. C'est d'ailleurs la raison qui l'avait fait croire que Yasha pourrait accepter de les aider. De son côté, le jeune Parsifal lui n'avait jamais pu cacher son admiration, depuis la toute première fois qu'il l'avait rencontrée.

Mais comment ces deux seigneurs, qui ne s'étaient pourtant jamais rencontré, savaient-ils pourquoi l'autre était venu ? Alexander l'ignorait. Sûrement l'instinct, qui les avaient avertis quand leur regard s'était croisés.

Alors que l'atmosphère devenait subitement plus froide, Yasha se retourna soudain avec colère vers Alexander, pestant que le feu de camp était trop voyant, et éteignant d'un coup les maigres flammes. Un geste difficilement juste : Alexander et ses alliés Gardien, ainsi que Wilderion, n'y voyait goûte dans le noir, n'ayant pas la faculté innée du drow, et à moindre mesure de l'elfe Szordrin, de voir dans le noir. Cependant, même si le ton soudainement dur du drow le surprit, Alexander fit confiance à l'instinct de son ami. Si ce dernier signalait une possibilité de danger, c'est que ce danger était bien réel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyisha Al Hakor
Prêtresse-Muse de l'Aube
avatar

Nombre de messages : 454
Alliance : Les Marcheurs de l'Aube
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.   Jeu 13 Mar - 1:26:00




Alors un druchii était aussi là, aux côtés d'un elfe. Aux côtés de Szordrìn..
La pensée de Szordrìn s'échappa quelques instants de son esprit. Sa mémoire s'embrouilla dans un nuage de brume épaisse pour laissée passer alors: une vision.

Il se trouvait sur le port de Bergost, sur les traces d'Hériand...


***

-Vite Arathil, avais-je hurlé. Abattez le sans plus tard…
-Non ! m’interrompit Fëanáro. La vue de ce druchii m’écoeure autant que vous, mais peut-être devrions nous le laisser s’exprimer, disait-il en adressant un regard sans appel à notre ennemi.

La tension était palpable dans l’air. Nous étions partagés entre l’envie d’éliminer au plus vite ce drow et la curiosité d’entendre ses explications à l'égard d'Hériand. L’assurance, presque la défiance, pouvait se lire sur son visage. Le druchii n’avait pas peur...

    Quelques secondes plus tard...

-Ce que j’ai à vous dire va certainement vous paraître suspect. Vous aurez du mal à me croire, mais sachez que je ne le fait pas par bonté d’âme, mais bien parce que …

-Dépêche toi druchii ! m’énervai-je devant ce druchii. Mes mains se lassent de porter mon épée!

-Heriand n’est jamais arrivé jusqu’à Bergost…

Il s’interrompit alors quelques secondes pour nous observer. La phrase était tombée, lourde de sens et d’implications et des dizaines de questions nous brûlaient les lèvres, mais afin d’éviter d’être à nouveau interrompu, il enchaîna :

-Il a été capturé peu avant l’orée du bois. Son but était sans doute, comme vous semblez le penser, d’arriver jusqu’ici, au port. Mais il en a été empêché.

Nous étions maintenant en colère et notre vis-à-vis avaient intérêt à avoir de bonnes explications sinon...

-Pourquoi devrions nous vous croire ? Qui êtes vous et comment êtes vous au courant de cela? lui avait demandé Aldaël perplexe mais d’une voix ferme.

-Je me nome Ryltar, elfe noir dévoué à la cause de notre déesse Eilistraée. Si je suis venu à vous, ce n’est pas pour vous aider, mais pour votre aide. Votre guide a été enlevé par un serviteur de Lolth, que nous combattons ardemment.

-Qui ? demanda sèchement Elhean avec fureur.

-Vous savez bien qui… lui avait-il répondu, plein de malice. Vous le connaissez et le détestez au moins autant que moi.

-Heriand est-il encore en vie? S'inquiéta avec peine notre diplomate.

-Je ne sais pas. Je vous ai dit tout ce que je savais, dit-il, guettant notre réaction.

Arathil l'avait tué. Notre haine qui était déjà grande envers ces êtres immondes était alors à son paroxysme...


***

Quand il revint à lui ses yeux étaient plongés dans ceux de Yasha Kahanias.
Celui-ci détourna le regard.
Szordrìn revoyais sans lassitude le druchii s'aplatir au sol, inerte.


"Et bien, si en chemin il me sera possible de mettre un therme à l'existence de ce pauvre drow, alors je le ferais..." s'avoua Szordrìn à lui même.

Il ferma les yeux brutalement, courba sa nuque de gauche à droite puis adressa la parole à son vieil ami Wilderion:

-Alors! Comment vas?

Et le temps reprit son cour normal pour laisser suite à une petite discussion enflammée sur la politique de nos terres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyisha Al Hakor
Prêtresse-Muse de l'Aube
avatar

Nombre de messages : 454
Alliance : Les Marcheurs de l'Aube
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.   Jeu 13 Mar - 1:27:55



Le trajet jusqu'au point de rendez-vous sembla court à Lomëriel, figée sur son cheval, le regard plongé dans le lointain tel les statues equestres du temps jadis.
Les personnes la voyant passer, et la saluant ne reçurent que le froid de l'indifférence pour toute réponse.

Malgré son esprit encombré de mille tourment, et autant de pensées, Lomëriel ménageait sa monture, sachant que la route serait longue.
Elle passa une nuit dans une grotte, prenant garde à ne pas laisser de trace, et la seconde dans une forêt, masquant ses traces comme elle avait appris à le faire.

Trois jours passèrent ainsi, et c'est sans croiser personne que Lomëriel traça sa route sur les chemins sinueux, les cheveux dans le vent et la larme à l'oeil.

A la lueur du crepuscule, elle aperçu un feu au loin, et son coeur commença à battre.
Lorsqu'elle arriva à quelques miles de la butte, la lueur du feu disparu, et laissa place à un silence glacé.
Une odeur de cendre froide arriva à ses narines, d'abord ténue, avant de se faire plus forte à mesure qu'elle approchait.

Afin de détendre l'atmosphère, et de ne pas alerter les sept compagnons réunis, elle prit sa flûte de pan entre ses lèvres et commença à en jouer.
La musique s'éleva fortement dans les têtes et les coeurs, mais peu dans l'espace environnant, rempli de dangers et de créatures n'ayant pas à y entendre cette musique.

Pour chaque personnage, elle composa, d'un ton plus ou moins doux, rythmé et mélodieux, une musique d'accueil, ou de retrouvailles.
Car aucuns autour de ce feu ne lui était inconnu.

Elle se présenta en premier lieu devant le paladin, et lui fit un signe de la tête.
Elle joua pour les trois vieux gardiens, l'amitié regnant entre eux les avait fait déteindre les uns sur les autres, au point de se fondre dans une musique empreinte de justice, et de foi.
La fierté de leur conviction se ressentait dans les notes et la mélodie, laissant planer l'ombre d'une gardienne sur quelques légères dissonnance, trahissait leur angoisse.

Dernier arrivé à l'assemblée, la musique devint plus forte à mesure qu'elle se tournait vers l'impétueux Parsifal, puissante et soudaine comme une éruption, elle retomba lentement, à mesure que le paladin s'assagirait, le temps passant.

Pour Szordrin, elle joua la haute musique des elfes, celle des exilés du temps jadis, en souvenir du pays béni, et du vermeil où ils s'étaient connus.
Une note récurrente d'un sentiment fort flotta dans l'air, laissant planée une confrontation entrevue par le drow peu avant.

Puis, elle reconnu Yasha, l'ami de son mari, et sa musique devint tourmentée comme le coeur de l'albinos, mélant chaos, paix et tristesse, tout en gardant ce sentiment étrangement présent.

Enfin, elle se tourna vers le barde, et ne chercha nullement à le surpasser, mais à raviver sa musique, en l'honneur de Wilderion, frère d'arme d'Ilùthien.
Le ton était cette fois humoristique, et gai, détendant une atmosphère lourde à l'approche du départ.


Enfin, elle joua pour son mari, qu'elle ne reverrait plus, et qui partait guerroyer, pendant que leur quète ne faisait que commencer.
La musique engloba la joie des jours heureux, et la peur en l'avenir, tout en laissant l'espoir s'y faire une place.
D'abord, ce doux son était presque inexistant, alors qu'il grandissait avec la musique, tous sûrent que le moment du départ était proche.

Ce soir là, aucun mot ne fut prononcé par Lomëriel, pourtant, jamais elle n'avait été si claire dans son message.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyisha Al Hakor
Prêtresse-Muse de l'Aube
avatar

Nombre de messages : 454
Alliance : Les Marcheurs de l'Aube
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.   Jeu 13 Mar - 1:38:36



Qui est le génie qui a eu l'idée d'éteindre le feu?

J'ai cru que je ne vous retrouverai jamais. Il fait si noir...


Le nain Imusam venait d'arriver au sommet de la colline, le sourire aux lèvres. Il savait que le petit groupe l'avait repéré depuis un moment : le nain n'avait pas cherché à être discret, et il se doutait qu'au moins une personne guettait les alentours, et l'avait donc vu. Mais il était presque sur que personne ne l'avait reconnu, ou plutôt que personne n'avait pensé que ca pourrait être lui.

Il se trouvait maintenant au milieu des autres, mais il avait beaucoup de difficultés à voir qui l'entourait, ses yeux l'empéchant de percer une nuit si profonde. Aux silhouettes, il devina qu'il y avait trois, ou peut-être quatre elfes. Il les dévisagea tour à tour, mais ne put en reconnaître que deux : l'hériandais Szordrìn, et Lömeriel, qui avait récement rejoint les Gardiens dans le contexte de la guerre oppposant les porteurs de la Lumière aux serviteurs de l'Ombre. Il s'atarda longtemps sur les deux autres qui avaient l'allure particulière de l'elfe, sans tout de même oser s'en approcher. L'un était assez proche, mais son visage ne lui rappelait rien. Il ne devait pas le connaître. L'autre était assez éloigné et il n'en percevait que les traits grossiers de son visage. Malgré que ceux-ci lui étaient familiers, il ne pouvait les identifier à aucun elfe de sa connaissance. Peut-être n'était-ce pas un elfe... Un drow peut-être? Cela parraissait peu probable, deux elfes se trouvant à une proximité étonnante de lui...

Les autres silouhettes étaient celles d'humains. Imusam n'eut aucun mal à les reconnaitre : ils étaient tous Gardiens. Et il ne faisait aucun doute qu'ils seraient de l'aventure. Il y avait là le jeune Parsifal, l'expérimenté Jolamouche, le vaillant Cyril et enfin Alexander. Ce dernier était le plus proche du nain, et il pouvait voir entièrement son visage. Ainsi il s'amusa à voir la surprise que se dessinait dessus.

Imusam ne devait pas être présent, jamais il n'aurait du se trouver au sommet de cette colline, autour de tous ces gens. Il avait bien sur reçu la missive d'Alexander, mais il y avait répondu négativement, très rapidement.
Depuis quelques années, il s'était détaché petit à petit de tout. Il ne sait pourquoi, mais il s'était un jour rendu compte que son souhait, sa promesse aussi, ne s'était pas réalisé. Lorsqu'il avait succédé à l'humain Imusam, qui l'avait receuilli et lui avait tout apris, il s'était juré de rendre Zordania le plus proche possible du monde que son père spirituel avait révé et lui avait tant décrit : un monde où le mal n'éxiterait plus. Il avait toujours su que ce monde n'était qu'une utopie, mais ce jour là il s'était rendu compte de l'ampleur de son échec, rendu compte que durant toutes ces années de règne, le mal s'était encore amplifié, était devenu bien plus puissant.

A la vue de cet échec, il avait perdu toute réelle motivation pour continuer la lutte contre la mal. Il avait parfois essayé de la retrouver, de se dire qu'il y avait encore de l'espoir. Il avait par éxemple été très actif au début de la guerre contre la Horde de Khaldhûm, puis avait rapidement perdu l'envie. Finalement la défaite des Gardiens dans cette guerre l'avait encore plus démoralisé.

Durant ces années, il avait donc petit à petit laissé sa ville aux mains de ses seconds, qui s'en occupaient très bien. Ils avaient encore les rêves et les ilusions de leur jeunesses qu'Imusam avait perdus. Et lui quittait de plus en plus souvent, et de plus en plus longtemps sa ville. Nul ne savait où il allait, mais tout le monde voyait que de moins en moins de choses le retenaient dans sa citadelle.

Le lendemain de la réception de la missive d'Alexander, laissée sur son bureau entre la demande d'un mineur pour avoir une pioche plus longue et la plainte d'une habitante se plaignant du bruit de ses voisins, Imusam quittait justement une fois de plus sa ville, pour un nouveau voyage solitaire. Il prit la route de la forêt d'Arfir à bord d'une petit transport tiré par un cheval. Il avançait lentement comme si il n'avait aucune destination. Comme si personne ne l'atendait nulle part. Et il regardait le paysage défiler : des champs, des bosquets, des rivières...

Il arrivait justement vers une zone plus montagneuse, et longeait une falaise à sa droite, et une forêt à sa gauche. Soudain il vit en face de lui, à quelques centaines de mètres, une scène surprenante. Un petit chien sauvage était bloqué contre le mur de pierre par un loup, qui avançait petit à petit vers l'animal voué à une mort certaine. Ce chien était entièrement noir et, de façon étrange, il lui fit penser instantanément à Voyisha. C'est alors que son transport roula sur un branche laissée au sol, et le bruit de la roue au contact du bois mort fit un bruit tel que le loup fuya sur le champs, laissant le chiot partir tranquillement.

Plusieurs choses s'enchainèrent alors. L'image de Voyisha restait ancrée dans sa tête, l'image de Voyisha siégeant sur un trône, l'image de Voyisha dirigeant son armée contre celle d'un Gardien. Il repensa aussi au petit chien qui avait échaper à ce loup, quelque part grâce à lui, puis imédiatement, comme associé et lié à ce "sauvetage", Voyisha revenait dans sa tête, ou plutôt perdurait, plus fort encore. Les bruits provenant de la forêt devenaient dans ses oreilles des cris, des cris poussés avec la voix de Voyisha. Il tourna alors sa tête vers la falaise pour échapper à ces plaintes, et vit des pierres plus sombres se détacher des autres, formant la silhouette de Voyisha. Pour échapper à ces allucinations, il leva sa tête vers le ciel, qui s'assombrit d'un coup et s'éclaira par endroit, dessinant des cheveux, puis une bouche. Et le visage entier de Voyisha. Finalement, deux petits nuages d'évanouirent, laissant apparaître deux yeux. Rouges.
Il ferma les yeux.

Que lui restait-il à faire sur ce monde? A quoi lui servait-il de fuir la triste réalité en se réfugiant dès qu'il le pouvait dans cette forêt, pour être auprès d'elle? L'âme de Voyisha était troublé au plus haut point, et il ne s'en souciait même pas? Finir sa vie comme il la menait alors était lache, et tellement inutile. Il ira sauver celle qu'il a tant apprécié et tant aimé cotoyer. Il ira aider ceux qui avaient toujours été ses amis, ceux qui combattront jusqu'à la mort ce mal que lui n'avait même plus le courage de regarder.

La moindre aide qu'il pourra apporter aux autres, le sacrifice de son corps devant une lame ou un sort ennemi, ou juste le moindre coût de hache qu'il donnera sera toujours plus utile que tout ce qu'il ferait pendant des années s'il ne participait pas à l'aventure. Ramener l'âme de Voyisha à la lumière était la seule chose qui lui permettrait de sauver son éxistence.

C'était pour cela qu'Imusam se trouvait au sommet de cette coline, et regardait en souriant Alexander :


Excuses moi d'avoir oublié pendant si longtemps en quoi ma vie consistait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyisha Al Hakor
Prêtresse-Muse de l'Aube
avatar

Nombre de messages : 454
Alliance : Les Marcheurs de l'Aube
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.   Jeu 13 Mar - 1:40:14



Le calme pesait sur cette ambiance déjà lourde ... Les visages se faisaient pensifs et chacun anticipait la tâche qu'ils allaient tenter d'accomplir ! Certains pouvaient penser que c'était peine perdue et que l'Ame de cette elfe noire était définitivement rendue obscure par Malékith qui prenait plaisir à la pervertir mais Parsifal, en son for interieur voulait croire à un sauvetage possible ! Sa vie était maintenant attelée à cette tâche ... Rien ne l'empecherait d'aller jusqu'au coeur des Ombres pour l'espoir de faire revenir une âme à la lumière !

Le Jeune Paladin avait vu des amis arriver, il était heureux que ses frères d'armes viennent prêter leurs épées pour une juste cause. D'autres étaient arrivés et Parsifal s'était contenté d'un salut de tête puisqu'il ne les connaissait pas ... Il ne se montrait pas hostile car tous étaient amis de son modèle , Alexander !

Depuis le début de cette aventure, Parsifal se sentait changé ! Une force lui tiraillait les entrailles . Bien sûr l'amour qu'il portait en son coeur pour la princesse lui permettait de ne plus rien ressentir : ni la peur, ni le froid, ni la faim ... Mais une sensation tenace au creux de son estomac lui faisait comprendre qu'il était changé. En effet, Parsifal était devenu un Homme ! La guerre était le plus grande des formatrices ... Les combats l'avaient transformés en une machine à tuer, il était comparable à ses ennemis mais louant toujours la Haute Justice ... Il était devenu fanatique de la Justice, seule les mort pour les injustes ...

Alors qu'il regardait les étincelles crépiter autour du maigre feu allumé, une silouette se dessina dans la nuit noire faiblement éclairée par le brasier ... Comme à chaque nouvelle arrivée, ne sachant jamais les intentions du visiteur, le groupe avait eu un geste de sûreté, tous avaient posé la main sur le foureau de leurs lames ! La silouette devint moins floue et on pu reconnaitre :


" Un Drow ?! chuchota pour lui Parsifal, Alexander serait il devenu fou ??! "

Comme pour répondre à son interrogation, le Drow posa sur lui son regard fourbe et traitre comme tous ceux de sa race ... Parsifal n'eut qu'un mouvement, nombre d'ennemis l'avaient déjà regardé avec une telle hostilité, il savait donc les intentions du nouveau venu ... Il sortit son Haute Epée de son foureau et en un instant il fit face au Drow qui n'avait pas bougé d'un poil ...

" Ta présence ici ne me regarde pas puisque c'est Alexander qui t'a convié, et j'ai toute confiance en lui mais un seul regard de plus et je t'envois retrouver les ombres que tu sers ..."

Tels deux tigres, Cyril et Alexander avaient bondi pour attraper les bras de Parsifal ! Ils tirèrent le jeune Paladin en arrière mais celui-ci ne dégnait pas baisser le regard, il crut même appercevoir un sourire moqueur sur le visage de cet être noir. Parsifal n'aimait pas cet être, il sentait en lui comme une certaine lacheté comme si lui seul pouvait faire échouer la mission ... Sa réaction avait été vive, elle illustrait la transformation du jeune Paladin en une masse de nerfs et de muscles prête à se mouvoir pour trancher la vie des ennemis ...

Parsifal fut contraint de s'asseoir et Cyril resta à ses côtés alors que Alexander tenta de comprendre la situation en allant retrouver le drow ... Comme pour se justifier, Parsifal déclara assez bas, juste pour que Cyril l'entende :


" Il est le fruit du mal, nous ne pouvons l'accepter avec nous ! Notre mission faillira si il se trouve avec nous ... Mon ami, crois moi coeur ! Mon coeur est juste, écoute sa vérité ... "

Cyril parut stupéfé par cette déclaration et se retira, pour ce qui semblait être un entretien avec Alexander ...

Parsifal ne se calmait pas , il avait besoin d'être rassuré ! Il attendit qu'Alexander vienne le retrouver ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyisha Al Hakor
Prêtresse-Muse de l'Aube
avatar

Nombre de messages : 454
Alliance : Les Marcheurs de l'Aube
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.   Jeu 13 Mar - 1:41:55



Cyril se rapprocha d'Alexander dès qu'il vit que la situation s'était stabilisée et que les esprits s'étaient calmés. Cette première confrontation entre Yasha et Parsifal donna le ton de ce qu'allait être leur aventure: une quête désespérée pour le sauvetage d'une âme en péril, par des chevaliers eux-mêmes désespérés, fatigués et à l'esprit assombri par le contexte général. Une véritable épreuve de force, en somme. La diplomatie serait donc de mise afin d'éviter qu'on en vienne à s'entretuer.

Alexander avait plus ou moins calmé Yasha, et discrètement Cyril lui fit un signe de la tête. Tous deux s'éloignèrent un peu alors que le groupe s'observait silencieusement, le jeune paladin et le drow en chiens de faïence et les autres au milieu, inquiets.


- Il va falloir surveiller ces deux-là, Alex, dit-il au paladin, et pas que d'un oeil. L'ambiance est tendue... Je crois que nous devrions partir tout de suite, un peu d'action contre un ennemi commun devrait apaiser les esprits... Je l'espère du moins...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyisha Al Hakor
Prêtresse-Muse de l'Aube
avatar

Nombre de messages : 454
Alliance : Les Marcheurs de l'Aube
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.   Jeu 13 Mar - 1:43:21



Les voir s'exciter à sa vue l'amusait vraiment, et ainsi, il pouvait jauger de leur aptitude à se concentrer en ce moment de tension...


- "Nous verrons bien les réactions face aux épreuves à venir", pensa-t'il.


D'un preste mouvement, qui étonna un peu tout le monde, Yasha avança vers Lomëriel et inclina doucement la tête; ses traits se détendant légèrement, sa voix devint plus douce et posée:



- Dame Lomëriel, épouse de mon ami Ilùthien, je Te salue. Sois la bienvenue en ce lieu car Ta présence illumine nos coeurs et nos âmes. Puisse le Vent gonfler Tes ailes et guider Tes flèches dans le giron de notre ennemi, dit le drow.


Yasha se redressa et parcoura de nouveau l'assemblée, et se mit à fixer, pour la première fois, l'elfe dénommé Szordrìn.



- Messeigneurs, gardons-nous de tout acte malintentionné, et conservons nos forces car, je vous le rappelle, nous devons mener à bien notre mission. Il appert que certains me haïssent, me craignent, me méprisent, mais qu'importe, mon but est unique et je ne m'éloignerais aucunement de celui-ci: être le bouclier du Gardien, murmura Yasha suffisamment fort pour être entendus de tous. Puis il se dirigea vers Parsifal avec calme et détachement.
Quant à Toi, petit humain, calme Tes ardeurs et montre ce dont Tu es capable, me serait-il possible alors d'apprécier ce que Tu es.


Le seigneur drow parcouru une dernière fois l'assemblée avec un sourire ironique, l'oeil pétillant de malice à l'égard de Szordrìn et de Parsifal. Il prit dans l'une des poches de sa tunique un petit objet de la taille de la paume de sa main, au centre duquel était logé un miroir. Il porta son regard vers la voûte céleste, claire, lumineuse, infinie, et entonna un murmure, aussi léger qu'un bruissement de feuilles, mais aussi profond que les eaux d'un océan. Le temps se figea durant un battement de coeur; une brume apparut du miroir et enveloppa tout le groupe. Quand celle-ci disparut, le temps reprit son cours; le talisman alors se brisa.



- Engeance de démon!, hurla Parsifal en se jetant sur Yasha,Quel sortilège nous as-t...


Parsifal resta figé, stoïque, raide telle une pertuisane et personne ne bronchait. Le jeune humain regardait le drow, bouche bée, puis regarda autour de lui, totalement décontenancé.


-Seigneurs, pour vous prouver ma bonne foi,et Yasha regarda Szordrìn en ne cachant nullement son amusement, je viens de prier ma Glorieuse Mère, Eilistraée, et actuellement Elle nous acceuille sous son aile. Son aura de protection ne durera, hélas, que la temps d'une neuvaine. Et comme vous pouvez vous en rendre compte, vous bénéficiez ainsi du Don de la Nuit, ce qui nous sera, je le pense, assez utile d'autant que des adeptes de la catin tisseuse patrouillent dans les environs.


L'albinos se dirigea vers Alexander.


- Alors, Seigneur Whiteshield ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyisha Al Hakor
Prêtresse-Muse de l'Aube
avatar

Nombre de messages : 454
Alliance : Les Marcheurs de l'Aube
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.   Jeu 13 Mar - 1:44:42



Alexander regarda avec inquiétude les tensions qui se formaient petit à petit dans ce groupe de seigneurs que tout séparait. La grande joie qu'avait apporté l'arrivée d'Imusam et la surprise qu'avait provoquée la venue de Lomeriël laissait peu à peu place à une atmosphère de suspicion. Mais quand le drow Yasha se retourna vers lui, interrogatif, il sut qu'il devait dire quelque chose. Tous ici étaient venu dans le même but. Certains pour les même raisons que lui. D'autre parce que leur première vision de la princesse drow s'était gravée au fer rouge dans leur esprit. D'autre encore par nécessité, ou pour des raisons qu'ils gardient secrètes. Mais Alexander leur faisait confiance. Tous étaient de nobles et grands seigneurs, chacun à leur façon. Par Torm, il devait faire confiance. Sinon le peu d'espoir qu'il lui restait disparaîtrait comme une flamme de bougie dans la tempête. Tous ici devaient se faire confiance.

Alexander n'avait dit que peu de mots depuis l'arrivée de tous, mais il s'arracha de l'apathie provoquée par le désespoir qui l'envahissait petit à petit depuis les dernières semaines. Sa voix tout d'abord basse et monocorde, prit une inflexion douloureuse à mesure qu'il déclara :


- Seigneurs ... Non, mes amis ! Je vous suis éternellement reconnaissants pour votre présence ici. Vous savez tous où nous devons allez. Enfin presque tous, dit-il en jetant un regard appuyé au barde Wilderion.

Je veux simplement vous avertir que cette entreprise nous mènera au-devant d'une mort quasi-certaine. Je n'ai plus beaucoup d'espoir depuis longtemps, mais ce qui en restait a été ravivé en vous voyant tous ici. Cependant, sachez que tous ici seront libres à tout instants de rebrousser chemin s'ils le désirent. Risquer autant de vies pour si peu d'espoir est une chose qui vous honorent, mais je sais que tous ici avez des obligations. Des responsabilités envers votre peuple et vos alliés. Vous avez tous une vie à vivre.

Sachez aussi que tous rassemblés ici avez ma confiance. Sans confiance, cette expédition n'a aucune chance de succès. J'espère donc que vous en aurez autant envers moi, et envers les autres, peu importe leur race ou allégeance. Ce n'est pas pour moi que je demande celà, mais pour elle.


Alexander regarda une dernière fois dans les yeux chaque personne assemblée ici. Cyril, Imusam et Jolamouche, avec dans le regard la même douleur qui s'affichait dans le sien. Parsifal et Yasha, dont le regard enflammé laissait deviner une passion difficilement controllée. Lomeriël, une tristesse infinie sur le visage, sans aucun doute provoquée par le ait d'avoir du quitter son bien-aimé. Wilderion et Szordrin, dont l'expression déterminée ne laissait aucun indice quand aux motivations profondes de leur présence ici. En ce moment, tous semblaient prêts à aller au bout du monde si nécessaire.

Le regard d'Alexander, qui avait un instant laissé transparaître la douleur qu'il éprouvait lors de ses dernières paroles, reprit l'éclat dur qu'il affichait en permanence ces dernières semaines.


- Nous devons partir maintenant. Comme nous l'a indiqué Yasha, ces régions fourmillent d'ennemis. Plus longtemps nous resterons ici, plus longtemps nous risquons d'être découverts. Et nous devons profiter au maximum de la protection que la Vierge Noire nous a accordé.

Yasha, Szordrin. Vous avez la meilleure vision nocturne, et vous et vos montures sont sans doute les plus discrets et les plus silencieux d'entre nous. Je crois que le rôle d'éclaireur du groupe vous est acquis. Nous comptons sur vous pour nous avertir de tout danger.

Pour les autres cavaliers, Parsifal, Jolamouche et moi formeront l'avant-guarde, alors qu'Imusam et Cyril assureront nos arrières, puisque nous sommes les mieux armés. Lomeriël et Wilderion, moins bien protégés, voyageront au centre du groupe.


Alors que tous se préparaient au départ, Alexander alla détacher sa monture. Flattant doucement l'encolure de son cheval, il le dirigea doucement vers la pente désertique de la colline. Ceignant son heaume de guerre, il tourna son regard vers la plaine en contrebas. La fente de son heaume dévoila pendant un instant son regard, plus dur, et plus douloureux, que jamais. Là-bas, à bien des lieues au sud, se trouvait leur destination. Dier Drenhdal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyisha Al Hakor
Prêtresse-Muse de l'Aube
avatar

Nombre de messages : 454
Alliance : Les Marcheurs de l'Aube
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.   Jeu 13 Mar - 1:48:19



Ils étaient partis déjà depuis près de trois bonnes heures. Les chevaux étaient fatigués et quand un lac s'offrit à la troupe personne ne refusa un petit repos.

la route fut sinueuse et parfois dangereuse mais rien ne les coupa dans leur voyage. Pas une bête, pas de brigands ni de bandes d'errants malfamés, seulement la douce brume qui caressait la peau des compagnons épuisés mais tellement remplis de volonté qu'a aucuns moments l'un deux ne se manifesta.

Yasha et Szordrìn se parlèrent même pendant quelques minutes, l'elfe racontait la guerre qu'il avait vécu contre l'Ordre Unseelie.

Aucuns incidents donc, l'humeur demeura bonne.

La troupe reprit sa route. Après avoir traversé une forêt où logeait malheureusement de vieux vénérables, combattu une bande de worgs heureusement qui n'étaient pas affamés, ils arrivèrent à de lugubres falaises qui dégageaient une sensation bizarre, Szordrìn fut surprit à la vue de Yasha qui respirait l'air profondément. Interloqué l'elfe s'approcha à hauteur de Yasha qui fermait les yeux et humait cette puanteur. L'elfe projeta son regard au fond. Un écoeurement le tétanisa.

Une multitudes de corps déchiquetés, ensanglantés, encore dévorés par de gros oiseaux noires poussant des cris sinistres étaient entassés ici dans une atmosphère funeste.

A la vue de cette horreur, Yasha fut lui aussi étonné, Szordrìn effrayé croyant que ceci enthousiasmait Yasha, alors qu'au contraire le druchii avait respiré l'air car l'odeur du sang remontait, il se délectait certes de cette senteur mais était lui aussi dégoûte de tas de corps...

-Comment ose-tu druchii?! Yasha le regarda étonné. Et bien quoi? Je t'ai vu sourire. Cette monstruosité ne te touche pas? Es-tu un sale druchii comme tous ces ordures? Szordrìn était fou de rage, dans le tas, il avait bien vu que la plupart des morts étaient des elfes, des frères!
-Calme-toi elfe. Tout ceci me surprend aussi, et si je souriais c'était simplement que ce doux fumet m'extasiais.
Szordrìn laissa couler une larme. Au grand étonnement des autres et de Szodrìn, Yasha lui tapa l'épaule en guise de réconfort. Pas un mot de plus, pas un sourire, mais l'acte était tel que Szordrìn se tut aussi, tout le monde en réalité se tut.
-Bon, nous repartons... Lança alors Yasha, le drow, au reste.

La compagnie prit un étroit petit sentier. Après avoir descendu pendant une longue heure sous un soleil rouge, le paysage se dévoila enfin. Mais quand Szordrìn s'arrêta net, tout le monde regarda devant soit.


-Mais Szordrìn, ce n'est qu'une plaine!
L'elfe gloussa bruyamment et rétorqua:
-Pas n'importe laquelle.. Ici l'herbe ne poussa pas
-Et alors? Désolé mon ami mais nous perdons du temps et ici nous ne sommes pas en sécurité.
-Ici?! Ici l'herbe ne pousse pas, mais ce sont les crânes et les os qui fleurissent le terrain. mes amis, vous vous trouvez sur le pire champ de bataille, un cauchemar qui vous hante toutes les nuits quand vous avez combattus Màlëkith et qu'il vous attend impatiemment... Ses yeux étaient sombres à présent, les souvenirs le brutalisaient. La peur l'envahissait. Wilderion se hâta de le calmer. Et Szordrìn reprit: Avançons mes amis, et devant nous se tiendra Dier Drenhdal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyisha Al Hakor
Prêtresse-Muse de l'Aube
avatar

Nombre de messages : 454
Alliance : Les Marcheurs de l'Aube
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.   Jeu 13 Mar - 1:49:33



Dier Drenhdal.

Le seul nom de cette forteresse noire suffisait à réveiller un peu de ce que tous avaient depuis longtemps oublié. Un étrange mélange d'appréhension et d'impatience, de peur et de courage. L'idée qu'enfin ils allaient se trouver face à leur destin, obligés de l'affronter sans aucune opportunité de faire demi-tour, peut-être même sans l'espoir d'un jour en revenir.

Le champ de bataille était à la hauteur de la description faite par l'elfe Szordrìn. Alors que la petite troupe avançait péniblement en direction de son centre, la mort semblait planer tout autour de leurs corps indifférents. Leurs esprits, cependant, ne restaient pas aussi indifférents. C'était insoutenable.
Imaginer que des milliers d'êtres vivants, hommes, nains, elfes, et certainement autant d'orcs et de drows, avaient déjà foulé ce sol avant eux... Et dans une seule direction, la leure. Droit vers la mort. Personne ne pouvait imaginer à quel point cette plaine avait connu la souffrance. Même les quelques carcasses laissées à l'abandon et qui leur pavaient la route ne devaient constituer qu'une vague approche de tant d'horreur.

Mais mus par leur détermination et une fois de plus par leurs sentiments, les neuf compagnons se frayèrent un chemin à travers la plaine, menés par Yasha lui-même suivi de près par Szordrìn. Eux seuls pouvaient y voir quelque chose dans ce mélange nocturne d'air et de mort.

Après un long moment, une masse encore plus noire, encore plus sombre, encore plus effrayante se dressait peu à peu devant eux. Comme si la nuit elle-même n'était pas assez obscure, une montagne de ténèbres s'élevait un peu plus de l'horizon à chaque pas.

Dier Drenhdal.

Yasha ralentit le pas, afin que tous le rejoignent, puis s'arrêta. Il ne fallait pas s'approcher trop près de la cité noire, pas pour le moment. Tenter une entrée de front serait certainement suicidaire, d'autant que les sentinelles drows n'attendraient pas qu'ils soient à leurs portes pour les transpercer de flèches. Pour eux cette atmosphère opaque devait ressembler à du cristal. Non, il fallait un plan.

Toujours sur leus gardes, tous attendirent qu'Alexander WhiteShield leur exposât le sien. Il devait sûrement en avoir un.

Et devant eux, toujours aussi impassible et imposante, Dier Drenhdal, la forteresse maléfique de l'Empereur des Drows, attendait elle aussi, magnifique et silencieuse. Telle un monument érigé à la gloire de la mort, mais plus noire encore...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyisha Al Hakor
Prêtresse-Muse de l'Aube
avatar

Nombre de messages : 454
Alliance : Les Marcheurs de l'Aube
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.   Jeu 13 Mar - 1:53:04



La compagnie c’était enfin mise en marche, l’esprit embrumé mais le cœur sûr le la justesse de leur quête.
Wilderion, qui avait était affectée au centre de la formation avec l’elfe Lomëriel, se réjouissait de pouvoir converser agréablement durant tous le temps que durerait le voyage vers la forteresse noir.

Sans connaître cette elfe, pour le barde Othonin, elle possédait quelque chose de déjà rencontrée. Sans pouvoir dire clairement à quoi cela était dû, Wilderion savait qu’il pouvait lui faire confiance.
Sans plus chercher à comprendre par les mots, il se laissa porter par les sentiments étranges que lui procurait le voyage sa compagnie.

Conscient de la faiblesse des mots, incapable de proprement exprimer les sentiments profondément encrés en sois même; Wilderion se contenta de égrener à chaque pincement des cordes de sa lyre.
Sans provoquer trop de bruit afin de ne pas provoquer d’incident, la musique accompagna les neuf compagnons durant leur long périple à travers les grandes et désertes plaines.

Neuf, quel étrange chiffre … Souvenir d’anciennes chansons et d'anciens écrits portés par d’anciennes légendes d’une ancienne terre…

Wilderion, avait aimée se plonger dans ses belles paroles, savamment tournées pour le plus grand plaisir des oreilles.
Il se rememora ces paroles alors même qu'elles franchissaient le seuil de sa bouche.

Citation :
Dans l’âtre, le feu est rouge,
Sous le toit, il y a un lit;
Mais nos pieds ne sont pas encore las,
Nous pouvons encore rencontrer derrière le tournant
Un arbre soudain ou une pierre levée
Que nul autre n’a vus que nous seuls.
Arbre, fleur, feuille, herbe,
Qu’ils passent! Qu’ils passent!
Colline et eau sous le ciel,
Passons-les! Passons-les!

Encore derrière le tournant peut attendre
Une nouvelle route ou une porte secrète,
Et, bien que nous le passons aujourd'hui,
Demain nous pouvons revenir par ici
Et prendre les sentiers cachés qui courent
Vers la lune ou vers le soleil.
Pomme, épine, noix et prunelle,
Laissons-les! Laissons-les!
Sable et pierre, étang et combe,
Adieu! Adieu!

La maison est derrière, le monde devant,
Et il y a bien des chemins à parcourir
A travers les ombres jusqu' à l' orée de la nuit,
Jusqu' à ce que les étoiles soient allumées.
Alors, monde derrière et maison devant,
Nous reviendrons vers la maison et le lit.
Brume et crépuscule, nuage et ombre,
S’évanouiront! S’évanouiront!
Feu et lampe, et viande et pain,
Et puis au lit! Et puis au lit!
[Hrp] Une Chanson de Marche de John Ronald Reuel Tolkien [/hrp]


Et enfin, après de long jour de marche, ils lui firent face.

Leur but s’élevait maintenant devant eux, les défiant de continuer dans leur folle quête.

Dier Drenhdal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyisha Al Hakor
Prêtresse-Muse de l'Aube
avatar

Nombre de messages : 454
Alliance : Les Marcheurs de l'Aube
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.   Jeu 13 Mar - 2:01:53



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Dans la forteresse de Dier Drenhdal.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Une elfe noire pleure.
Une âme s’agite.
Essayant chaque seconde de toucher une âme meurtrie. Une âme silencieuse.

Màlëkith Vinaëar est étendu sur le Grand Autel de la salle du Trône.
Voyisha n’en finit pas de l’enserrer de ses maigres bras.

Personne n’entre plus, depuis plusieurs jours.

Urlryn Khalazza, le Drow à corps de scorpion, garde la porte. Sa Queue empoisonnée tuerait n’importe qui en une fraction de seconde.

Seule Shana réussit parfois à tirer quelques mots de la bouche de Voyisha... Doux échanges entre deux femmes.
Elle sait transmettre, sans doute... au nouveau chef.

Voyisha écoute les pensées de Màlekith... ou ce qu’elle croit... Qui saura ?
Il respire encore.
D’où vient cet amour. D’où vient tout ce mal ?

Elle ne sait plus...
Mais ici, maintenant c’est chez elle, sa place. Elle se sent protégée, dans les bras de son aimé endormi.

Un doux chant semble venir à ses oreilles... Un chant plein de bonté...venant d'un autre monde. Non, ce n'est pas possible!
Douleur atroce au ventre.
Elle ne supporte pas cette mélodie... elle ne supporte pas d’aimer cette mélodie...
Ses mains se pressent sur ses oreilles... Ses ongles s’enfoncent dans son crâne.
Ses tempes saignent.


Elle doit rester là.
Derrière les Portes des Ténèbres.

Elle attend...

...Qu’il se réveille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyisha Al Hakor
Prêtresse-Muse de l'Aube
avatar

Nombre de messages : 454
Alliance : Les Marcheurs de l'Aube
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.   Lun 17 Mar - 14:06:56



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
À l'orée du Pays Noir
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Alexander était resté silencieux durant la majorité du trajet. Le son des voix pouvait porter loin dans la plaine déserte, mais surtout il sentait que tout avait été dit. La seule présence de ses compagnons d'armes le réconfortait. Il avait donc conservé durant tout le trajet le regard fixé vers l'horizon, droit sur sa selle et la mâchoire souvent serré par une angoisse croissante. Il ne se détournerait pas du destin qui pourrait l'attendre là-bas, mais la crainte pour ceux à qui il tenait restait omniprésente.

Il eut amplement le temps le long du trajet de repenser à tout ce qui avait mené à ces évènements ...




*************************************************************


Une disparition imprévue, et un retour énigmatique ...


Le dernier adieu à un grand guerrier ...


Un départ dans la nuit ...


La guerre fait rage ...



*************************************************************

Le trajet ne fut pas aussi long ou dangereux qu'il ne l'avait craint. Le groupe était enfin arrivé en vue du Pays Noir, sanctuaire qui cachait en son sein la forteresse du plus puissant, du moins pendant un moment, drow de Zordania. Celui qui était responsable de tant de morts et de carnages. Celui pour lequel elle était parti.

La forteresse était en vue, encore loin sur l'horizon. S'approcher plus près et ils courraient le risque de se faire repérer par les centaines d'yeux qui devait êtres posté dans la région.

Alexander se souvint de la description d'un commandant elfe qui avait déjà porté l'assaut sur cette place forte, soldat qu'il avait rencontré dans l'armée d'un de ses alliés de la Coalition des Porteurs de Lumière. Le ton qu'il avait prit était chargé de peur, et de la douleur d'avoir perdu nombre d'amis au pied de ces murailles.



************************************************************


Au sein du pays noir se dresse un cité malveillante, que nul ne peut atteindre.
Le seul accès est un pont de roches suspendu au dessus d'un gouffre entourant toute la cité. Celui-ci étant parsemé de roche tranchantes et autres stalactites, la mort est assurée pour quiconque ose s'en approcher de trop prés.

Les murailles, sont polies pour réfléchir la lumière, protégeant d'une part les drows de l'astre brûlant, mais aussi pour aveugler l'ennemi lors des assauts, les rendant aussi inoffensifs qu'un nouveau né...

Au centre de cette cité, se dresse une tour aux formes agressives, irrégulières, dont chaque paroi est aussi lisse que les murs qui protègent la capitale.

Pénétrer dans l'édifice semble donc impossible, sauf pour ceux jugés par l'Empereur Druchii dignes de le servir, ainsi que les membres de l'ordre Unseelie.

Bien entendu, les meilleurs maîtres-lame de la cité gardent l'entrée de celle-ci, commandés par un drow aux mensurations étonnantes pour un membre de sa race.

Nombre de soldats sont morts lors de la guerre, tâchant de prendre d'assaut cette place forte. Je ne peux vous donner qu'un conseil : si vous vous retrouvez un jour au pied des murailles aveuglantes de la citée noire, tourner bride et éloignez-vous sans attendre. Si vous le pouvez encore. Sinon la mort accompagnera chaque pas qui vous rapprochera de cet endroit maudit.



************************************************************


Mais ils ne pouvaient faire demi-tour. Alexander regarda la citée pendant de longues minutes, songeant à celle qui devait se trouver à l'intérieur. Et espérant follement, l'espace d'un instant, qu'elle aussi songeait parfois encore à eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyisha Al Hakor
Prêtresse-Muse de l'Aube
avatar

Nombre de messages : 454
Alliance : Les Marcheurs de l'Aube
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.   Lun 17 Mar - 14:08:37



La nuit était encore sombre, et Imusam ne voyait pas beaucoup de choses : le sol, ses compagnons qui regardaient au loin, et justement, au loin, une forme brillante qui se détachait du sol, reflétant la faible lumière qui régnait aux alentours.

Les autres s'attardaient tellement sur cette forme, qu'Imusam se demanda ce qu'ils pouvaient voir de plus que lui?

Peut-être voyaient-ils le danger qui semblait accompagner cette lumière, ce lieu tellement certain de son invulnérabilité qu'il n'hésitait pas à se montrer dans toute la région, même la nuit, alors que toutes les forteresses qu'il connaissait préféraient se cacher, se fondre dans le paysage.

Peut-être voyaient-ils les atrocités que tous les zordaniens associent au nom de "Dier Drenhdal" sans ne jamais avoir vu ce lieu réellement. Vu toutes le nombre de rumeurs qu'il avait entendus à ce sujet, cela exliquerait le temps mis par ses compagnons à regarder le batiment.

Lui aussi voyait cela, mais il préférait ne pas y penser.
Il ne prit pas le risque de laisser sa peur s'installer en lui et prendre le pas sur sa motivation et son envie.
Tant de personnes avaient échoué ici pour cette raison, tant de personnes étaient mortes ici parce qu'elles avaient déjà perdu leur combat intérieur contre la peur.
Celle-ci les avait empécher de combattre à leur vraie valeur, et les drows n'avaient eu ensuite aucun mal à les éliminer.

Il ne fallait pas perdre ce premier combat.

Il ne fallait pas se dire que personne n'avait réussi en entrer à Dier Drenhdal sans y être autorisé, mais il fallait se dire qu'eux, y entreraient, et en ressortiraient.

C'est pour cela qu'Imusam ne s'atarda pas à regarder cette forme brillante au loin.

Il regarda seulement s'il pouvait voir Voyisha.
Tant que ce ne sera pas le cas, il faudra se rapprocher de Dier Drenhal, sans penser au reste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'espoir de faire revenir une âme à la lumière.
Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» comment entretenir l'albatre
» [Grimoire Ship] [FB] Un rêve d'accompli !
» Idées pour faire revenir PMT
» [C'est terminé, ha ha ha !!! Manque 1 Validation]Je vais devenir le Seigneur des pirates !!!!
» [Aller-retour] Pokémon fabuleux et quelques évos par échange

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Cimes d'Aziel : le Sanctuaire de l'Aube :: Aile Principale du Sanctuaire :: Bibliothèque-
Sauter vers: