Les Cimes d'Aziel : le Sanctuaire de l'Aube

Forum de l'alliance de Zordania les Marcheurs de l'Aube.
 
AccueilZordaniaFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Naissance d'un Apôtre

Aller en bas 
AuteurMessage
Parsifal
Ancien Chevalier Ardent
avatar

Nombre de messages : 198
Age : 29
Alliance : Les Marcheurs de l'Aube
Date d'inscription : 20/03/2007

MessageSujet: La Naissance d'un Apôtre   Sam 22 Sep - 12:59:52






Tels étaiens les traits du Jeune Parsifal lorsque le bateau des Hautes Contrées le déposa sur les Terres de Zordania. Il était plein de rêves et d'ambitions, la guerre l'avait fait quitter la patrie de ses aïeux, sa terre. Il aspirait à une vie de paix, cultivateur dans une petite exploitation avec une femme qu'il esperait belle et douce ... Le regard du Jeune Homme se perdit dans l'horizon bleu de sa nouvelle terre : Cette vision lui donna du courage comme si le destin venait de le prendre par la main et l'incitait à aller de l'avant. Le Jeune Homme était pauvre, la seule richesse qu'il possédait, il la gardait jalousement accroché à sa taille : Une magnifique Epée de Justice, fierté de sa famille, qui avait appartenu à son arrière Grand-Père : Parsifal le Grand. Sa mère avait jugé bon de nommer son enfant comme un Héros Ancestral car elle croyait beaucoup en son fils tant ses yeux étaient clairs et plein de vie ... Tout le monde avait confiance en lui ! Depuis son plus jeune âge, de merveilleux futurs avaient été envisagés pour Parsifal ! C'était maintenant à lui de prendre son destin en main et de parvenir à gagner la Fierté des Siens.
Il arréta de contempler l'horizon et se mit en marche vers ce qui semblait être un hameau perdu au milieu des côtes Zordaniennes.

Parsifal marcha bon train pour arriver dans le village côtier avant la tombée de la nuit ... Il était désireux de connaitre le nom de la région dans laquelle il avait débarqué et irait s'en quérir auprès des habitants du petit hameau. Le sourire lui vint aux lèvres à l'idée de pouvoir profiter de l'hospitalité des villageois. Il était si sale et si affamé qu'il ne pensait plus qu'à une soupe et une douche chaude. C'est sur ce doux sentiment que le jeune Homme entra dans le village, il était perdu dans ses rêveries quand la réalité vint le heurter de plein fouet ... Une odeur abominable reignait sur le village, des carcasses humaines gisaient à même le sol ! Les meurtriers avaient agit sans aucune humanité, les femmes avaient été égorgées et les enfants pendus par les pieds. L'atmosphère était abomianble, une odeur de mort flottait dans l'air comme si Mintra le Démon avait ouvert une porte des enfers à cet endroit, laissant place à un foyer ardent et aux demons. Parsifal ne put se retenir et son coeur se mit à saigner ... A cet instant, il vouait une haine incomensurable à ces assassins ! Il ne voyait pas quelle raison avait pu entraîner ce massacre et peu lui importait ... Il avait pensé quitter la guerre loin de ses contrées, il était attérit dans l'horreur :


" La nature humaine est ainsi donc faite ??! Jamais plus je ne croyrais en celle ci tant elle m'a déçu ... Seule la force peut combattre les maux de cette maudite terre !

- Pas seulement la Force mon Fils ! La Foi t'aidera à combattre ces créatures, tu as raison sur tous les points sauf sur un. Ce ne sont pas les hommes qui ont engagé cette hécatombe mais plutôt les Orcs : Ces crétures arriérées, perdues dans leur ignorance ... "

Parsifal se retourna et fut plus que surprit de voir que la vie était encore présente sur ce village. L'homme était âgé et ses traits marqués par la sagesse mais son regard laissait entrevoir une certaine lassitude de cette horreur comme si celle ci l'avait accompagné tout le long de sa vie.

" Mais ??? Qui êtes vous ???!

- Je ne suis personne mon Fils, simplement un ancien de ce monde qui pense que la fin de l'espèce humaine ne saurait tarder si les hommes ne se ressaisissent pas. Ce que tu vois là est seulement un minime apperçu de la bestialité de ces monstres ! Seule la Foi pourra nous préserver et vaincre ces créatures.

- La Foi ?! Mais en quoi ?? Parsifal était perdu tant l'ancien avait raison mais tant il restait vague dans ces propos ! Il ne comprenait pas quelle solution le viei homme pouvait apporter à tant de souffrances ...

- Palar, mon Fils ! Palar Le Répurgateur : Le seul Dieux capable de ralier les Hommes ... Je suis son apôtre depuis que les créatures sont remontées des abisses ! Seul Palar ose le dire : L'éradication systématique de toutes créatures non humaine. Je suis l'un de ses prêtres , chargé de faire reigner sa Loi. J'agis en fonction de ce qu'il m'ordonne "

Parsifal voyait un peu plus clair dans le discours de l'ancien ! Palar apparaissait à lui comme une évidance : La seule Force qui lui manquait de devenir vraiment qui il était ! Tant de faux semblant ... Il ne serait jamais culivateur mais bien un Chevalier de Palar, prêt à combattre tout au long de sa vie, les créatures qui présenteraient un danger pour la survie des peuples humains :

" Mon Père, mon coeur est prêt à rejoindre les légions Palariennes mais je ne sais comment faire ! Je viens seulement de débarquer sur cette terre, je venais me réfugier : J'ai trouvé la Force qu'il me manquait pour devenir ce que je suis, un guerrier.

- Mon fils n'ait crainte ! Si ton attention est vraiment pure, Palar t'ouvrira ses bras ...Mais sois conscient que si tu trahis Palar, La Puissance de son Feu se déchainera sur toi ! Maintenant, si c'est là ton vrai désir, suis moi ... Nous allons savoir "

Le jeune Homme suivit l'ancien à travers les corps déchirés :

" Que peut-on faire pour ces gens ?!

- Plus rien maintenant ! Si leurs âmes sont pures, elles seront accueillies sinon : obligées de silloner pour l'éternité cette terre ... Nous nous occuperons d'offrir une sépulture à ces braves plus tard ! Tu es vivant et Palar t'attend, ne le faisons pas attendre "

L'ancien le guida à travers le village, les Orcs s'étaient appliqués à ce que toute étincelle de vie soit éteinte. Parsifal put distinguer des restes Humains, les créatures s'étaient repues de chair humaine. Il ne pouvait se sentir bien dans cette atmosphère et des larmes coulèrent sur ses joues ... Le Prêtre ne semblait rien remarquer et continuait sa marche d'un pas assuré. Il conduit le jeune homme vers la place centrale : Ici se dressait fièrement un temple sur lequel était écrit " Seules les Âmes Pures sont les bienvenues, Démons n'entraient pas ". Parsifal, qui avait eu, en l'espace de quelques minutes, une confiance aveugle envers le prêtre de Palar, eut une petit mouvement de recul. Une question le préoccupait :

" Tu te questionnes sur le fait que je sois encore en vie mon Fils ? Bien sûr Palar n'offre pas l'imortalité à ses fidèles ... Même si il est un Dieu, il est obligé de respecter le libre-arbitre ! Je suis encore de ce monde car lors de l'attaque, j'étais abscent : Ma fonction de prêtre fait de moi le Guérisseur des villages côtiers des Marches d'Anos Galad ...

Parsifal sourit, il savait enfin dans quelle région il avait débarqué

Tu peux me faire confiance mon Enfant ! Suis moi maintenant et ne dis plus un mot. "

Le Jeune Homme franchit les portes de Bois ... Le temple présentait une forme sphérique, sans grand luxe. Un Autel avait été amménagé au centre la pièce. Parsifal sentait, qu'en dépit des apparences, une étrange force reignait en ces murs, il la sentait au fond de son être ... Le prêtre se signa et lui dit :

" Défais toi de tes habits, Palar veut te voir dans toute ton intégrité physique ! Quand celà sera fait, allonges toi sur l'autel et ferme les yeux ... "

Le Prêtre avait parlé en un murmure ... Parsifal s'activa et suivit les consignes ! Quand il s'allongea, il sentit au fond de son être une chaleur l'envahir. Il se sentait beigné dans une sorte de pleinitude. Cette sensation se transforma soudain en une compression puissante de toutes ses entrailles, comme si quelqu'un sondait son corps tout entier à la recherche de la Pure Vérité. La douleur était immensément intense ! Parsifal pu entendre le prêtre qui priait à côté de lui :

" LA CARESSE POUR LA FOI , LA SOUFFRANCE POUR LA PURETE ... DEUX SENTIMENTS MÊLES POUR LA PUISSANCE DE PALAR ! ... "

Parsifal ne put entendre la fin, la douleur l'accablait ! Tout devint noir ...

" Que s'est-il passé ....... ??? "

Parsifal ouvrit les yeux, il était dans une chambre, allongé sur un lit et recouvert d'un drap blanc ...

" Voilà une journée que tu dors mon enfant ! Cette cérémonie fut riche en émotions ...

- Que s'est il passé ?! Je ne me souviens plus ! Une joie intense, puis une douleur atroce ... Ai-je réussi ? Palar m'a-t-il acceuilli en son sein ?

- Regarde ton coeur ...

Parsifal ne comprit le sens propre des mots et regarda le prêtre d'un air hébété :

Soulève le drap et vois ton coeur ! ... "

Le jeune Homme sourit à sa bétise et s'exécuta, il souleva lentement le drap et à l'emplacement de son coeur : Il put admirer une marque incrustée dans sa peau.

" L'Epée de Palar Le Répurgateur mon Fils ! Bienvenue à toi au sein de la pureté ... "



    ~~~~~~~~~~




Parsifal leva une dernière fois la pelle et recouvrit un dernier cercueil ... Le prêtre et lui avaient travaillé pendant près de trois mois à ce que les villageois puissent recevoir une digne sépulture. Le jeune homme s'était attelé à la construction des cercueils tandis que le prêtre avait bénit les cadavres pour permettre leur dernier voyage ... Parsifal, durant ces mois, n'avait pas réellement réfléchit à sa nouvelle condition, le travail mortuaire avait prit trop de place dans son esprit. Mais quand arriva la fin de cette épreuve, il alla voir le prêtre et le questionna sur son avenir en tant que Fidèle de Palar :

" Parsifal, mon Fils. Avant toute chose, je tiens à te remercier d'avoir cru en notre Dieu et en moi car je sais qu'il t'a été très dur de faire ce choix. Merci également d'avoir été un élève serieux dans ton travail et si agréable ... En contrepartie, je me sens rassuré car je te vois heureux d'avoir fais ce choix-ci ... Tu es devenu ce pourquoi tu as été mis au monde ! Ta ferveur est grande, je l'ai senti lors de la cérémonie et durant ces quelques mois. Cette marque sur le coeur marque l'attachement que Palar te porte, sois en toujours fière ! Maintenant, je vais devoir te laisser partir mon garçon ! Palar n'aime pas les brebies ayant besoin d'une mère durant des années, il voulait que je te montre la voix, ma mission est désormais terminée ... Tu vas devoir te rendre en la Cité d'Altenberg la Pure, Fière cité jamais soumise ni conquise. Elle est une grande emprunte de Palar dans les Marches d'Anos Galad. D'autres cités existent evidemment mais celle ci t'accueillera !

- Pourquoi celle ci ? Parsifal était interrogatif car le prêtre avait appuyé ses derniers mots.

- Mon fils, cette vérité ne te sera délivrée que lorsque tu seras dans les murs de la cité. "

Le prêtre sortit alors de sa tunique une lettre cachetée dont Parsifal ne pouvait voir le contenu ...

" Tu dois me promettre de ne jamais ouvrir cette missive jusqu'à Altenberg ! Elle est destinée au roi et seul lui peut la lire : Il te dira après de quoi il en retourne ! "

Parsifal ne chercha pas à discuter, il conaissait le prêtre et ses paroles n'étaient jamais vaines ! Il se jura interieurement de respecter la parole de son maître ... Il répondit simplement :

" Mon père, votre aide me fut plus que précieuse pour ouvrir mon coeur ! Je suivrai le chemin que vous m'avez enseigné ... Merci pour votre ferveur et votre paternité ! Je me sens grandis et prêt à relever les défis de ma Foi ! Je garderai tout le long de ma vie en mémoire, votre sagesse et votre courage. "

Parsifal ne pût se retenir et enlaça l'ancien, comme un enfant aurait remercier son père d'une façon naturelle et implusive ... L'ancien, géné, tappota l'épaule de son apprentis et dit d'un ton emprunt de tristesse :

" Va maintenant mon Fils ! N'oublie jamais Palar, ni de suivre ton destin ... Reste le même et la vie te sera hautement merveilleuse !

Le prêtre se tut et ajouta quelques secondes plus tard, les yeux embués de larmes :

Essaye aussi, de ne pas m'oublier ... "

Parsifal sourit. Il savait que même s'il essayait, il ne pourrait pas tant l'ancien l'avait aidé dans sa vie.

Plus tard dans la soirée, le jeune Palari avait bouclé son sac qu'il déposa juste à l'entrée de sa chambre. Il s'agenouilla et joignit les mains :


" Palar,
Toi qui m'a accueilli en ton sein,
Surveille toujours de ton regard,
Ma route et mon Chemin !

Assure moi de protection,
M'aidant à combattre ces créatures,
Tout en m'offrant ta bénédiction,
Afin que âme devienne la plus pure !

Je serai ton envoyé,
Ma plus grande force sera la Foi,
La plus puissante, mon Epée,
Et ainsi, ta Gloire brillera ... "


Parsifl réouvrit les yeux, son visage était éclairé d'un sourire. Il savait qu'il avait été écouté, son coeur s'était rapidement accéléré. Palar accordait son flux divin à ce jeune Fidèle : les raison des Dieux étaient souvent impénétrables ... Parsifal se releva et attrapa son sac avant de descendre dans la rue, là le prêtre l'attendait, tenant au bout de es bras, une magnifique monture.



A suivre ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La Naissance d'un Apôtre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Cimes d'Aziel : le Sanctuaire de l'Aube :: Aile Principale du Sanctuaire :: Bibliothèque-
Sauter vers: